259 jours


    Bonjour à tous !

    J’espère que vous allez bien :)

    Ça fait longtemps !

    Je suppose que - comme tous ces messages que je reçois par jour - vous vous demandez : « alors ?? »…

    … Alors on est toujours là ! Mon bidou et moi :) Cette belle lune m’offre encore quelques jours de bliss, mon ventre plein de vie et de magie.

    Mais voilà, c’est indéniable : la fin est là, imminente. Alors c’est le moment de faire le bilan.

    Et pour ceux que ça intéresse, je décide de partager ces dernières pensées.

    Il faut que je parle de ce dernier mois… ces quelques semaines ont été magnifiques ! Une nouvelle énergie insoupçonnée m’est tombée dessus, et j'étais en forme comme je n’avais pas été depuis le début de la grossesse !

    L’excitation qui monte ? La pression des cours qui redescends ? La possibilité de me soustraire enfin à toutes obligations ? Le dernier pic d’hormones avant l’accouchement ? Ce beau soleil qui chauffe les coeurs ? Ou simplement le privilège reçu par ce ventre que je promène comme une reine ? Un mélange de tout sans doute.

    Quoiqu’il en soit, quelle belle énergie ! Je me sens bien, je me sens belle, je me sens bénie de porter la vie.

    Et je trouve très particulière cette période où, chaque matin, je me dis « peut être est-ce pour aujourd’hui ? ».

    Ça me fait réaliser à quel point on a l’habitude de toujours tout prévoir, et comme c’est déroutant d’être obligée de simplement vivre au jour le jour.

    Je dois avouer que, pendant quelques temps, ça m’a un peu fait paniquer... J’avais comme l’impression d’être très haut dans le ciel sur le point de sauter en parachute, sauf que ce n’est pas moi qui déciderais du moment où me jetterai dans le vide.

    J’ai essayé pendant quelques temps de maitriser, de prévoir, de deviner quand j’allais accoucher. Je voulais que ça arrive au moment parfait, quand je serais assez reposée, quand j’aurais pris le temps de me centrer, de méditer, de mettre en place les meilleures conditions pour ce moment…

    Cette super pleine lune était une parfaite opportunité pour moi qui suis si sensible à son influence : je m’étais persuadée qu’elle me donnerait mon bébé !

    Mais bien sûr, c’était trop facile. Et c’est la dernière leçon que me donne cette grossesse : lâcher prise, ne rien prévoir, ne rien supposer, simplement avoir confiance.

    Alors, j’ai fini par accepter. J’ai fini par réaliser que c’était ridicule d’essayer de mentaliser, avec ma compréhension limitée d’être humain, l’Oeuvre de la Vie. Comment ai-je pu croire que je pourrais prévoir quoique ce soit dans le processus le plus sacré et complexe qu’est la Naissance d’un nouvel Être ?

    J’ai ri de bon coeur de ma bêtise d’être humain, j’ai pris une grande inspiration, et à l’expiration : « let’s go with the flow ! »…

    Et, contre toutes attentes, mes larmes de peur et de panique sont devenues des larmes de joie. Je me suis sentie toute légère et mon coeur se remplir d’amour et de gratitude !

    Il arrive ce bébé, il arrive ! Que ce soit aujourd’hui, dans deux jours, dans deux semaines… quelle importance ? Il arrive ! Merci la Vie de me faire ce cadeau ! Merci à toi, mon bébé, de me faire l’honneur de devenir ta mère !

    Je décide de me laisse porter, le moment que tu choisiras sera LE bon moment. Tout va être magnifique de toute façon, et quoi qu'il arrive je saurai trouver la force nécessaire pour t’enfanter, je le sais.

    J’ai confiance.

    Quand tu veux, mon bébé : let's do it ! Je suis prête !

    Je t’attends dans la joie. J’ai le sourire jusqu’aux oreilles.

    C’est le bonheur de la fin de grossesse : tout mon être se rempli d’ocytocine, l’hormone de l’amour, l’hormone de la jouissance. C’est cette hormone qui est le moteur des contractions : elle monte en croissance dans les dernières semaines de grossesse, et jamais dans sa vie une femme n’est autant pleine d’ocytocine que pendant l’accouchement…

    Je le savais, en théorie. Maintenant je le vis, en pratique.

    Je déborde d’amour, mon coeur est tout ouvert, et je veux en profiter. Je veux répandre cet amour partout autour, sans limite, sans condition.

    Dans cette béatitude, je peux enfin comprendre ces femmes qu’on entend dire « j’ai adoré être enceinte ».

    Car, c'est le moment de le dire, ce n’était pas toujours le cas.

    Et c’est un point important que je voulais partager. Pour toutes les femmes qui me lisent, en cours de grossesse ou qui seront enceinte un jour : attention, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la grossesse ce n’est pas tout rose.

    Je le croyais, je l’ai tellement idéalisée… car vue de l’extérieur c’est beau, c’est magique, c’est une bénédiction… et c’est vrai que ça l’est ! Mais OUCH ! c’est tellement plus compliqué que ça…

    Si vous saviez comme parfois, au cours de ces derniers mois, je suis tombée de haut.

    Maintenant que je l’ai vécue, j’ai compris qu’une grossesse, c’est un vrai chemin initiatique.

    Avec ses moments de bonheur pur, et ses grandes claques dans la face !

    C’est un long voyage à l’intérieur de soi, épuisant, éreintant. Ces immenses falaises à grimper, ces sombres marécages à traverser, ces détours, ces impasses… Apprêtez-vous à cette laborieuse traversée, vous allez faire face à toutes vos zones d’ombre, et surtout celles que vous ne vouliez pas voir, que vous niiez depuis des années.

    Vous allez vous sentir vulnérable, car vous perdrez tous vos repères : le corps que vous connaissiez ne sera qu’un souvenir, la personnalité que vous pensiez vôtre se dépouillera de tous ces artifices, les émotions que vous aviez l’habitude de contrôler prendront le dessus…

    Alors vous découvrirez ce qu’est le besoin d’être entourée. Vous allez découvrir où sont vos vrais amis, vous allez devoir accepter de demander de l’aide à votre partenaire, vous allez devoir oublier vos petites querelles de famille, car vous ne pourrez pas tenir sans leur soutien.

    L’accouchement est l’étape ultime de ce voyage, la plus brutale, la plus impressionnante. Il demande une fois pour toute de s’abandonner complètement : de laisser derrière son « ancien-soi ».

    Très symboliquement, l’accouchement demande de perdre dignité et égo, de redevenir complètement animale, pour pouvoir ensuite renaître, dans toute sa puissance et son authenticité.

    C’est la fin du voyage vers un « nouveau-soi ». La femme est arrivée au bout de son chemin initiatique, elle naît Mère en même temps que son bébé.

    Me voilà arrivée au bout de mon voyage. Un pied sur la dernière marche.

    Je m'apprête à franchir le pas, à plonger dans cette bulle d'amour et de joie.

    Et m'envoler, avec mon bidou qui porte l'avenir.

    Et laisser ma vie d'avant s'effriter derrière moi.

    J'ignore qui je serai en revenant à la réalité.

    Je n'y pense pas, pour l'instant je quitte le monde.

    Si grosse, si pleine...

    Pleine de gratitude.

    Merci la Vie, pour tout ça.

    Merci mon bébé, tu n'es même pas encore né, et tu m'inspire déjà tellement !

    Et bien sûr, merci mon homme, de me faire confiance, de me donner l'honneur de te faire père.

    En attendant de rencontrer notre fils, je continue de célébrer chaque journée comme étant la dernière ... avant le premier jour du reste de ma vie !


    75 vues