Sirshasana : la posture sur la tête


    La "reine des postures"... Cette posture avancée est l'une des plus bénéfiques et (oui, oui !) des plus plus agréables !

    Le plus dur réside dans le contrôle de la montée et la descente de la posture. Mais une fois en place, cette posture ne demande pas beaucoup d'efforts musculaires et est vraiment propice à la méditation. Certains yogi restent plusieurs heures en sirsasana !

    Avant d'aborder les détails pratiques pour effectuer la posture, je vous proposer de nous intéresser pour commencer à quelques uns de ses (si nombreux) bénéfices...

    En plus de renforcer l'assurance et la concentration, se placer en inversion est une aubaine pour notre cœur ! Grâce à la gravité, le sang de tout notre corps est envoyé vers notre cœur qui, sous l'effet de cet afflux sanguin, se dilate et ainsi sa force de propulsion augmente. Par conséquent, tout en restant immobile, notre cœur se renforce autant que pendant un jogging !

    De plus, notre cerveau est également mieux irrigué, c'est pourquoi sirshasana améliore la concentration, la mémoire, mais également la vue et l'ouïe.

    Sirshasana permet également de soulager les lombaires, qui n'ont plus que le poids des jambes à supporter, ce qui n'est rien comparé au poids de tout le haut du corps qu'il porte habituellement (tous les organes internes, la masse osseuse de la colonne vertébrale et des côtes, les bras et ses muscles, la tête et son cerveau, etc.)

    Après un peu de pratique, cette posture inversée devient alors un vrai moment de félicité, on se sent paisible et tout disparaît... on en sort avec une impression de légèreté et une énergie toute neuve ! :)

    Voici maintenant le déroulement de l’entrée dans sirshasana.

    (Attention : il est très important de ne pas sauter d'étapes, prenez le temps de les pratiquer dans l’ordre et ne passez à la suivante que quand vous êtes vraiment à l’aise.)

    Attrapez vos coudes dans vos mains, et posez vos avant-bras au sol.

    Entrelacez les doigts et ouvrez bien les mains et les pouces.

    Posez le somment de votre crâne (la partie plate, surtout pas le front) sur le sol (et non dans tes mains). Resserrez les doigts et les pouces sur l’arrière de votre crâne.

    Ce positionnement de la tête, des bras et des mains ne doit bouger sous aucun prétexte : c’est la base de votre posture, celle sur laquelle tout votre corps va reposer.

    Quand vous êtes prêt, tendez les jambes pour lever les fesses. Prenez le temps ensuite de faire des petits pas sur le bout des orteils pour vous rapprocher le plus possible de votre visage.

    Le dos est à présent placé : tout en laissant les genoux toujours bien vers la poitrine, vous êtes prêt à décoller simplement un pied pour l’emmener vers les fesses.

    On rentre à présent dans la première étape : l’autre pied se soulève et joint le premier, les deux genoux collés à la poitrine. C’est l’étape la plus difficile à maîtriser et on veut souvent la passer (ah! l'impatience quand tu nous tiens...) alors que c’est la plus importante à travailler, car c’est celle qui demande le plus de contrôle. Si nous n’avons pas la capacité musculaire nécessaire pour tenir cette étape quelques respirations, nous ne sommes pas prêt à continuer les étapes suivantes.

    Deuxième étape : on peut commencer à monter les genoux toujours pliés pour amener les cuisses à l’horizontale. Attention les genoux ne se déplient pas, les pieds sont toujours vers les fesses.

    Troisième étape : dépliez votre corps au niveau des hanches. Les genoux toujours pliés, les cuisses arrivent maintenant à la verticale.

    Quatrième étape : dépliez enfin vos jambes et rentrez dans votre axe.

    Une fois dans la posture, faites toujours très attention à repousser les épaules vers le haut, loin des oreilles. C’est le plus important : ne jamais affaler les épaules dans les bras car ça écrasera les cervicales. Protègez cette zone très délicate en laissant toujours au maximal d’espace dans les cervicales, la nuque bien allongée.

    Le plus souvent le grand obstacle à la maîtrise de cette posture est la peur de tomber en arrière.

    Pourtant, ne vous entraînez jamais contre un mur, danger ! En cas de chute ou perte de contrôle, le mur vous empêchera de protéger vos cervicales en arrondissant la nuque et vous pourriez tomber dans un mauvais angle et vous faire réellement mal.

    Apprenez plutôt à tomber correctement ! Sans mur, avec une personne à côté si ça vous rassure, apprenez a basculer vers l’arrière... la seule réaction que vous devez avoir est d’enrouler toute votre colonne et de rouler sur le sol comme une boule.

    Cet exercice de chute est très intéressant pour apprendre à vaincre ses peurs et idéal aussi pour les personnes qui ont l’habitude de tout contrôler... et qui auront donc beaucoup de mal à se laisser tomber dans le vide. Et pourtant quelle joie enfantine ça procure ! :)

    Pour finir, vous pourrez rester longtemps, loooogtemps dans cette posture si vous arrivez à décontracter le plus de muscles possibles. J’aime souvent affirmer que les yogis sont partisans du moindre effort... et c’est vrai ! Économiser son énergie musculaire pour profiter le plus longtemps possible de la posture, c’est le principe du yoga.

    Or, pour pouvoir se décontracter dans cette posture, il faut être parfaitement aligné dans son axe. Si vos jambes sont trop en avant ou trop arrière, désaxé par rapport à votre base, alors ça vous demandera beaucoup d’efforts musculaires pour tenir dans cette position. Alors que si vous êtes placé sur votre centre de gravité, tous les muscles des jambes peuvent se relâcher ainsi que les fessiers et les abdominaux. La seule contraction qui reste est dans les bras, pour toujours repousser au maximum les épaules loin des oreilles.

    Maintenant qu’on est installé, on peut profiter aussi longtemps que l'on souhaite de cette posture ! et même essayer quelques variations dont voici mes favorites...

    Pour sortir de la posture, respectez les étapes dans l'ordre inverse et restez toujours un instant dans balasana la posture de l'enfant ensuite : le front au sol ou posé sur un coussin, les bras relâchés, le corps détendu.

    Namaste !


    89 vues